Présentation générale

Le centre de recherche Études littéraires, philologiques et textuelles appréhende les textes comme des objets complexes et étudie le « littéraire » dans son acception la plus large, selon des approches caractérisées par leur dimension comparatiste et pluridisciplinaire. En s’attachant à l’explicitation de textes et à leur contexte de production, elle aborde les domaines traditionnels de l’étude de la langue et de la matérialité du texte mais elle s’ouvre également au renouvellement des disciplines des sciences humaines. Elle apporte de cette façon sa contribution à l’histoire des représentations et aux théories de la culture.

The research group “Literary, Philological and Textual Studies” regards texts as complex, multidimensional objects and examines literary phenomena in the broadest sense from both a comparative and an interdisciplinary perspective. This group seeks to bring to light the meanings of texts and the context of their production. As a result, it encompasses already established fields of study concerned with language and the materiality of texts but also embraces the new disciplines and approaches of the humanities. In this way, it contributes to the fields of cultural theory and the history of
representations.

Dernières actualités

Appel à contribution: jounée d'étude "Bruxelles, Capitale des étudiants polonais"


Bruxelles, capitale des étudiants polonais

 

Journée d’étude

organisée dans le cadre de l’année thématique « Bruxelles, capital(e) étudiant(e) »,

chapeautée par M. Jean-Michel De Waele, Vice-recteur aux affaires étudiantes et sociales, aux services à la communauté universitaire et bruxelloise en charge de la politique culturelle

 

20 avril 2017

 

 

L’équipe de la filière polonaise du Département de Langues et Lettres de la Faculté de Lettres, Traduction et Communication de l’Université Libre de Bruxelles (centre de recherche Philixte) se propose d’organiser une journée célébrant la présence des étudiants polonais au sein de la ville de Bruxelles et en particulier de notre université, l’université de la capitale.

Les liens qui unissent l’ULB et le milieu universitaire polonais sont peu connus et pourtant extrêmement importants. Ils remontent à la fondation même de l’ULB, quand l’historien et homme politique Joachim Lelewel est nommé au titre de professeur, après avoir dû quitter sa terre natale et puis sa terre d’exil, la France. Malgré ce lien historique, ce n’est qu’au début du 20e siècle que Bruxelles devient véritablement une des capitales des étudiants polonais à l’étranger et le restera jusqu’à nos jours.  Qui étaient ces étudiants ? Quels liens ont-ils noué avec la ville de Bruxelles et son université ? Nous savons que, parmi ces futurs médecins, juristes, hommes politiques, hommes de lettres, artistes ou même professeurs, plusieurs sont devenus célèbres, comme les écrivains Marian Pankowski, Juliusz Kaden-Bandrowski et Maria Dąbrowska.

Durant cette journée, nous souhaitons mettre à l’honneur les liens entre la Belgique et la Pologne, en soulignant le rôle primordial de l’ULB dans ce foisonnement de transferts. Nous voulons tout particulièrement mettre en évidence les relations belgo-polonaises qui se tissent à l’ULB suite au boycott des universités situées dans la Pologne occupée par la Russie, incitant les étudiants polonais, en particulier d’origine juive, à s’inscrire en nombre à l’ULB et à l’Université Nouvelle à partir de 1905. Cette journée sera ainsi l’occasion de contribuer à la réflexion initiée par Jean-Michel De Waele autour de « Bruxelles, capital(e) étudiant(e) ».

Pour la journée d’étude à proprement parler, nous invitons toute proposition ayant trait aux étudiants polonais de l’ULB de 1834 à nos jours et dans tous les domaines marqués par ceux-ci, autant dans les sciences humaines que dans les sciences exactes. Les langues de communication seront le français et l’anglais.

 

Information pratique

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le 10 mars 2017 à Katia Vandenborre à l’adresse suivante : kvdborre@ulb.ac.be

 

Organisation

Comité organisateur : Dorota Walczak, Katia Vandenborre, et Cécile Bocianowski

Contact : kvdborre@ulb.ac.be

Adresse : Université Libre de Bruxelles – Faculté de Lettres, Traduction et Communication CP175 – av. F.D. Roosevelt 50 – 1050 Bruxelles

date de publication : 2017-02-17

Petit-déjeuner littéraire avec le poète Raúl Vacas

Le mercredi 22 mars 2017 de 9h à 11h au local AZ4.103

date de publication : 2017-02-17

Séminaire de recherche Philixte - Études transculturelles

Le vendredi 17 février 2017 de 14h à 17h30 au local DC11.215 (Campus du Solbosch ULB - avenue F.D. Roosevelt, 50 - 1050 Bruxelles).

Programme:

14h00–15h30 :

Karl Zieger (Université Lille)

L’image de l’Autriche dans quelques revues françaises des années 1920/30 : vers une nouvelle identité culturelle?

En France, pendant longtemps, l’Autriche a été associée à l’Empire des Habsbourg et à la conception d’un état multiculturel, considéré par les uns comme « une prison des peuples » et par les autres comme état essentiel pour l’équilibre en Europe. Du point de vue littéraire et culturel, c'est notamment la „modernité viennoise“ qui a retenu l’attention et l'intérêt du public français. Que devient cette fixation à „l’esprit viennois“ après la chute de l’Empire et la création de la Première République? À cette question, cette communication tente de répondre en analysant  des articles consacrés à l’Autriche dans les années 1920/30 dans différentes revues françaises, notamment le Mercure de France, la Revue de Paris et la Revue des Vivants, revue moins connue que les précédentes, proche des idéaux de la « Société des Nations ». Sera examiné notamment le rôle de ces articles et de leurs auteurs pour la compréhension de la culture de « l’autre » et pour les échanges entre les deux pays.


Karl Zieger est Professeur de Littérature comparée à L’Université de Lille3 (Sciences humaines). Ces domaines de recherches sont les questions de réception et d’échanges culturels, ainsi que le naturalisme en Europe et le théâtre des années 1920/30. Son dernier livre : Arthur Schnitzler et la France 1894–1938. Enquête sur une réception, Villeneuve d’Ascq (Lille), PU du Septentrion, 2012.

Mateusz Chmurski, PhD (ULB)

Corps ineffables ? La corporalité dans les écrits de l’intime modernes en Europe centrale à traversleurs manuscrits, trajectoires d’édition et de réception (1990–2015)


A travers l’exemple de cinq auteurs abordant les enjeux de genre, sexualité ou maladie dans leurs écrits de l’intime, le but du projet est d’examiner comment ces textes ont graduellement gagné leur place dans le champ littéraire centre-européen. Comment les textes de Franz Kafka, Witold Gombrowicz, Maria Dąbrowska, Dezső Kosztolányi et Richard Weiner, écrits dans la 1e moitié du siècle dernier mais publiés seulement après la levée de la censure en 1989, abordent les différences en termes de genre, sexualité ou maladie ? De quelle manière ont-ils été adaptés à la publication, entière ou partielle, durant les 25 dernières années ? Quel fut leur rôle dans l’évolution du champ littéraire dans leurs pays respectifs au cours de cette période ?


Mateusz Chmurski est International Postdoctoral Fellow à l’Université Libre de Bruxelles, chercheur affilié à l’UMR 8224 EUR’ORBEM (CNRS – Univ. Paris-Sorbonne), auteur d’une thèse en cotutelle : Journal, fiction et identité(s). Modernité littéraires d’Europe centrale (1880–1920) à travers les œuvres de Géza Csáth, Karol Irzykowski, Ladislav Klíma (Editions de l’Eur’orbem, Paris 2016) ; coordinateur du projet de recherche Enjeux de la littérature et de la culture moderne en Europe centrale à l’Université de Varsovie ; boursier de la Fondation pour la recherche polonaise (2015–2017).


Pause de café (15h30–16h00)


16h00–17h30 :

Arvi Sepp (VUB, Université d’Anvers)

Réflexions éthiques autour du multilinguisme littéraire

Comprendre et envisager l’altérité de l’Autre dans le monde par le biais de processus de signalisation est le défi de toute éthique. L’intérêt pour une herméneutique de la différence et de l’étrangeté, articulée sur le pluralisme linguistique des textes littéraires, est au centre des études littéraires et des études de la traduction depuis le virage culturel. Dans cette communication nous nous concentrons sur l’éthique du multilinguisme à partir de deux perspectives. D’une part nous nous pencherons sur la relation entre l’altérité et la réflexivité linguistique. D’autre part, nous nous occuperons de la signification éthique de la traduction.


Arvi Sepp a étudié la philologie germanique, la sociologie et la théorie littéraire. Il est actuellement professeur en littérature allemande à l’Université d’Anvers et professeur en traductologie à la Vrije Universiteit Brussel. Il a publié de nombreux articles sur la littérature juive-allemande, la traductologie et la théorie littéraire. Il est lauréat de plusieurs prix scientifiques comme le Tauber Institute Award (Brandeis University, USA), le Prix Jacques Rozenberg de la Fondation Auschwitz (Bruxelles) et le Fritz Halbers Award (Leo Baeck Institute New York, USA).

Helga Mitterbauer (ULB)

Le concept de « réseau » dans les transferts culturels

L’intégration des études postcoloniales au concept de transfert culturel a dynamisé la notion de la culture ; cette idée de la culture comme processus rhizomatique avec des différences internes et des multiples interrelations extérieures dépasse le concept initial du transfert culturel (comme établi par Michel Espagne et Michael Werner) et prouve que les transferts culturels sont souvent plus complexes qu’ils peuvent l’être décrits par des modèles bipolaires, triangulaires ou quadrangulaire. C’est la raison pour laquelle j’ai proposé d’intégrer l’idée de réseaux au modèle de transfert culturel.


Helga Mitterbauer est la titulaire de la chaire de littérature allemande à l’ULB. Ces domaines de recherche sont les littératures allemande et autrichienne du 19e à 21e siècle, le roman moderne, la réception de la Shoah, la littérature d’exil, la littérature migrante, les relations entre les littératures allemandes et les littératures de l’Europe (centrale), et la théorie de la littérature (études transculturelles, transferts culturels).



date de publication : 2017-02-13

. : © 2010 | copyright : .