Parution : Textyles n°61 : Penser la bibliothèque. De Laurence Brogniez et Mélanie de Montpellier d’Annevoie.

25 mai 2021

« […] on m’oubliera. En attendant, j’aurais écrit, aimé, bondi de surprise en surprise, et surtout lu, lu sans fin », note la romancière belge Caroline Lamarche sur la page Varia de son site officiel. Cet onglet, qui aurait pu être nommé Cabinet de lecture comme un collage réalisé par l’auteure et que nous retrouvons en couverture du présent volume, est l’occasion de découvrir un pan de sa bibliothèque : Thérèse d’Avila, Milán Füst, Georges Bataille et bien d’autres. Dans cette déclaration liminaire de l’auteure s’esquisse la relation particulière qui la lie à sa bibliothèque en tant que créatrice. Depuis le début des années 2000, la recherche en littérature et en histoire de l’art s’est enrichie d’ouvrages faisant aujourd’hui référence sur cette question des rapports entre bibliothèque, créateur et création. Or, parmi ces études, les bibliothèques d’écrivains et d’artistes belges n’ont encore été que peu investiguées. C’est pourquoi la présente livraison s’est attachée, selon une perspective interdisciplinaire croisant arts et littérature, à penser la bibliothèque dans le champ belge, du xixe siècle jusqu’à nos jours, selon ses multiples avatars : objet de conservation et de reconstitution problématique, espace matériel et (d’)imaginaire nourrissant la genèse des œuvres et des idées, image de soi à exposer et pourtant lieu éminemment intime.

Pas de commentaire

Les commentaires sont fermés.