Parution : Svevo, a cura di Claudio Gigante e Massimiliano Tortora, Roma, Carocci, 2021, p. 256.

Écrivain pendant une grande partie de sa vie sans lecteurs, auteur « périphérique », bien que plus « européen » de beaucoup de ses contemporains, Italo Svevo est depuis longtemps désormais considéré comme un des narrateurs italiens majeurs de l’époque moderne. Les textes recueillis dans ce volume, édité par Claudio Gigante et Massimiliano Tortora, donnent pour acquise, pour son œuvre, la notion de classique, proposant pour chacun des domaines de sa production une analyse fondée sur la confrontation avec ses autres écrits, ainsi qu’avec la tradition européenne, et évitant ces interprétations unilatérales qui par le passé l’ont présenté, selon les circonstances, comme le romancier de la psychanalyse, de la crise de la bourgeoisie ou même parfois comme un naturaliste attardé. La conviction des auteurs, justement, est que le parcours de Svevo s’évolue et se rénove sans des véritables fractures : même dans la dernière saison, les nouveaux stimulus culturels (de Freud à Joyce) se combinent avec les anciens (de Schopenhauer à Flaubert, à Zola) sans les remplacer. Une mise au point sur la langue et le style et un profile de sa réception clôturent le livre, du « cas » Svevo en passant par les nombreuses tentatives de réécriture pour…