Parution : POETYCKIE PODWOJENIE. Marian Pankowski – polski poeta języka francuskiego / DÉDOUBLEMENT POÉTIQUE. Marian Pankowski – poète polonais de langue française. De Dorota Walczak.
Actualités , Littérature , Parution , Publication / 11 février 2021

Ce livre bilingue (polonais et français) est composé de deux partie principales. La première, monographique, contient plusieurs chapitres. Dans le premier intitulé BIOGRAPHIE NON SEULEMENT POÉTIQUE est présenté le parcours biographique hors du commun et un aperçu global de l’œuvre de Marian Pankowski. Dans RENCONTRES D’AUTEURS – RENCONTRES DE TRADUCTEURS, nous pouvons voir son évolution dans le milieu universitaire, littéraire et critique de Belgique ; comprendre son activité en tant que poète, traducteur et passeur des autres poètes. Le chapitre suivant présente les affinités poétiques de l’auteur et le fonctionnement de son imaginaire. Les volumes polonais qu’il crée avant la publication de ses poèmes français sont également présentés dans la partie LA VIE EN VERS : LES MATRICES POÉTIQUES DE MARIAN PANKOWSKI. La partie LES MONDES PARALLÈLES : COULEUR DE JEUNE MÉLÈZE ET POIGNÉE DU PRÉSENT, met l’accent sur ces deux volumes en français, les contextualise et explique l’importance de la langue française dans la démarche pankovienne. LES ÉTATS HEUREUX, le dernier chapitre de la première partie de l’ouvrage, résume cette période dense pour Marian Pankowski en mettant ses accomplissements face à la critique littéraire mais en le montrant aussi comme un auteur pleinement conscient qui retrouve le bonheur tant rêvé de…

Parution : Svevo, a cura di Claudio Gigante e Massimiliano Tortora, Roma, Carocci, 2021, p. 256.

Écrivain pendant une grande partie de sa vie sans lecteurs, auteur « périphérique », bien que plus « européen » de beaucoup de ses contemporains, Italo Svevo est depuis longtemps désormais considéré comme un des narrateurs italiens majeurs de l’époque moderne. Les textes recueillis dans ce volume, édité par Claudio Gigante et Massimiliano Tortora, donnent pour acquise, pour son œuvre, la notion de classique, proposant pour chacun des domaines de sa production une analyse fondée sur la confrontation avec ses autres écrits, ainsi qu’avec la tradition européenne, et évitant ces interprétations unilatérales qui par le passé l’ont présenté, selon les circonstances, comme le romancier de la psychanalyse, de la crise de la bourgeoisie ou même parfois comme un naturaliste attardé. La conviction des auteurs, justement, est que le parcours de Svevo s’évolue et se rénove sans des véritables fractures : même dans la dernière saison, les nouveaux stimulus culturels (de Freud à Joyce) se combinent avec les anciens (de Schopenhauer à Flaubert, à Zola) sans les remplacer. Une mise au point sur la langue et le style et un profile de sa réception clôturent le livre, du « cas » Svevo en passant par les nombreuses tentatives de réécriture pour…

Parution : Le latin entre tradition et modernité. Jean Dominique Fuss (1782-1860) et son époque. De Christophe Bertiau.
Actualités , Littérature , Parution , Publication / 14 janvier 2021

Les études néo-latines s’aventurent rarement au-delà du XVIIIe siècle, comme si la production latine avait alors cessé de présenter une quelconque pertinence sociale. L’ouvrage explore une voie nouvelle en interrogeant l’importance et la pertinence du latin et de la littérature néo-latine pour le XIXe siècle. Il étudie l’œuvre de Jean Dominique Fuss, poète néo-latin originaire de Düren et professeur à l’université de Liège dès 1817, qui a consacré sa vie à défendre sa langue première d’écriture. La première partie dresse un panorama des usages du latin dans la première moitié du XIXe siècle, principalement en Belgique et en Allemagne. On y découvre que si J. D. Fuss ne fut certes pas à l’avant-garde de son époque, sa défense du latin comme langue d’écriture s’inscrivait toutefois dans un ensemble de pratiques sociales plus large pour lesquelles le latin conservait pleinement son actualité. La tension qui parcourt le siècle entre tradition et modernité se retrouve dans l’œuvre de l’écrivain, objet de la seconde partie, qui fulmine contre les évolutions récentes du monde littéraire en même temps qu’il plaide pour le renouvellement d’une langue que l’on croyait figée à tout jamais. Hildesheim / Zürich / New York, Olms (« Noctes Neolatinae », 39), 2020, 448 p. — ISBN :…

Colloque : « Comics On the Outside / Bandes dessinées hors-champs ». ACME+Comics 3-4 juin 2021.

Dans sa thèse de doctorat La Bande dessinée et son double, Jean-Christophe Menu avance l’idée de « corpus hors-champ de la bande dessinée » pour décrire « tout un corpus d’œuvres relevant […] indéniablement de son domaine mais qu’elle [la bande dessinée] n’intègre pas dans son Histoire, et donc qu’elle ne reconnaît pas comme partie intégrante de son champ » (2011, 432). Ce colloque a pour ambition de se saisir de cette notion de « corpus horschamp ». Celle-ci est apte à catalyser divers intérêts de recherche et à faire émerger de nouveaux objets d’études jusqu’alors tenus en marge des discours sur la bande dessinée. À la suite des pistes ouvertes par Jean-Christophe Menu, on peut s’interroger sur des œuvres non-publiées, produites dans une sphère de l’intime et du privé ou transmises par des circulations souterraines. Les « sympathies réciproques » entre art brut et bande dessinée (Dejasse 2020) forment un point d’ancrage pour cette réflexion. Ces « sympathies » font saillir des contextes de production et des profils de créateurs et créatrices en marge des constructions socio-professionnelles habituelles. Elles décrivent aussi des rapports d’affinités avec des productions graphiques qui exhibe le « dessin sans filet », hors des apprentissages,…

Colloque : La justice distributive : Panaït Istrati et le mythe du brigand d’honneur.

En narrant des gestes de Haïdouks, Panait Istrati donne en langue roumaine une version originale du mythe du « bandit au grand cœur » ou « brigand d’honneur » que l’on retrouve dans de nombreuses régions d’Europe. Ces récits revêtent une importance capitale pour la compréhension des aspirations populaires à une meilleure justice sociale. En interrogeant tantôt brutalement, tantôt ironiquement, le caractère injuste de la redistribution des richesses, le « brigandisme social » s’inscrit certes dans une forme littéraire romantique, notamment en reconstruisant l’oralité, mais il témoigne aussi d’une autre revendication, plus philosophique quant à elle : la liberté. Nous insisterons particulièrement sur la mobilisation du religieux au sein de ces récits. En effet, selon les époques et lieux, la dimension religieuse apparaît au fil des récits comme une justification ambivalente : l’homme de religion allié des possédants peut être l’objet d’un « vol » légitime ou, à l’opposé, celui qui donne son aval à une telle façon de procéder face à un pouvoir injuste. Cette dimension des récits sera questionnée dans son rapport à l’éveil du sentiment national et à la revendication de la citoyenneté. INFORMATIONS : EN LIGNE VIA TEAMS, les 10-11décembre 2020 Pour obtenir plus d’informations, veuillez…

Soirée en ligne : Jan Patočka: « Art is an Absolute Play »

A l’occasion de la sortie du numéro spécial de Bohemica Literaria dédié à Jan Patočka, le philosophe tchèque le plus important du 20e siècle, et sa réflexion de l’art et littérature, nous avons alors un grand plaisir de vous inviter à la soirée en ligne « Jan Patočka : Art is an Absolute Play ». Bien que son œuvre philosophique soit au centre de l’intérêt critique dans les dernières années, ses nombreuses textes dédiés à la réflexion de l’art et de la littérature reçoivent moins d’attention systématique. Le présent volume propose l’une des premières réflexions critiques en anglais de cette importante partie de l’oeuvre de Patočka. Les contributeurs de ce volume sont les spécialistes de la littérature tchèque, les philosophes et les esthéticiens qui enseignent dans les universités tchèques, telles que l’Université Charles de Prague ou l’Université Masaryk de Brno et dans les universités étrangères, telles que Harvard ou Oxford. La soirée s’ouvrira par une conférence du philosophe et journaliste tchèque Petr Fischer sur Jan Patočka et sa conception de l’art. Ensuite, nos étudiants présenteront la vidéo résultant de l’atelier « Jan Patočka : Autonomy of Human Being ».A la fin de la soirée, Mme James et ses collègues procéderont à la présentation du numéro spécial de la revue Bohemica Litteraria, cette…

Journée des (post)doctorant·e·s Philixte – 26 novembre 2020
Actualités , Journée d'étude , Philixte / 9 novembre 2020

Programme 9h30 Christophe Bertiau (post-doctorant, projet FNRS), « L’École du Bon Sens : sociologie d’une disqualification littéraire » 10h Clara Zgola (post-doctorante, projet FNRS), « La transformation sociétale portée par les « mauvais » affects : la transmission affective en art et en littérature contemporaine »  10h30 Mélanie Godin (doctorante, projet FNRS), « Le langage de la poésie et des sciences au prisme du genre et de la diversité » 11h Sofie Barthels (doctorante, projet FNRS),  « L’œuvre littéraire de Giuseppe Ricciardi (1808-1882) : Représentation du passé, remise en question du présent et mise en scène du futur au temps du Risorgimento ». PAUSE 13h30 Mehdi Mouslim, (doctorant), « Quand la traduction se heurte à l’histoire des métiers » 14h Dylan Potage (doctorant), « Les actes rituels dans le Bronze de Rapino (Vetter 218) » 14h30 Stéphanie Peel (doctorante) « Les voix(es) des femmes : agentivité et écriture dans les courants ésotériques (1857-1914) » 15h Nicolas Duriau (doctorant), « ”Prostitués” avant la lettre ? Histoire romanesque de la prostitution masculine du Tournant des Lumières à la Belle Époque » ******* Télécharger le programme : Cliquer ici Pour plus d’information concernant cet événement, envoyez un mail à cette adresse : philixte@ulb.be

Parution: Lisible donc légitime ? Lire et brouiller le genre en Chine, hier comme aujourd’hui. De Coraline Jortay, Jennifer Bond et Chang Liu.
Actualités , Genre , Parution , Publication , Recherche , Revue / 24 septembre 2020

Alors qu’on parle beaucoup d’écriture inclusive aujourd’hui, en Chine, la question a soulevé des débats dans les années 20 et 30. A travers leurs recherches, Mmes Jortay, Bond et Liu font revivre ce débat. Elles s’intéressent aussi plus largement à la question de la lisibilité du genre en Chine. Le sujet est au cœur d’un numéro spécial de Perspectives chinoises. Coraline Jortay (ULB, Aspirante F.R.S-FNRS), Jennifer Bond (University College Dublin), et Chang Liu (Chinese University of Hong Kong, Shenzhen) cherchent à cerner ce qui se (dé)voile et se floute lorsque le genre sert de prisme d’analyse de la société et des pratiques culturelles chinoises aux vingtième et vingt-et-unième siècles, et comment – à travers le genre – lisibilité et légitimité s’articulent au sein de pratiques sociales historiquement situées. En Chine, la question de l’écriture inclusive s’est posée dès les années 1920 et 30 avec l’introduction d’un marquage en genre dans le système pronominal du chinois. Cette introduction a été considérée comme l’un des tournants linguistiques majeurs de la période du Quatre Mai 1919, elle-même riche en débats sur la place des hommes et des femmes dans la société. Les autrices sont co-fondatrices du China Academic Network on Gender (CHANGE), un…

Parution: Poétique, mythes et Croyances – volume II. Direction de Baudouin Decharneux et Alice Toma.
Actualités , Littérature , Parution , Publication / 28 juillet 2020

Toute société humaine aspire à trouver des ancrages dans la tradition et souvent elle se prévaut de ses origines pour aborder la modernité. Cette quête des origines devient dès lors synonyme de redécouverte d’un lien à la nature. Mythes et Croyances évoluent entre deux dimensions de l’existence qui mettent en oeuvre les ressorts d’une Poétique, dont participe par exemple la métaphore de « Jeunesse sans vieillesse et vie sans mort ». A cet égard, l’Homme est confronté à soi-même et à l’Univers dans un rapport discursif, qui l’amène à sonder les assises du langage et notamment les sources du lyrisme, les diathèses narratives, la temporalité. Ce volume constitue un hommage au Professeur Mihai Nasta, scientifique érudit dont – comme l’affirme Pierre Swiggers – « la charpente transversale relie trois composantes essentielles, à savoir le langage, comme instrument et condition de notre existentialité, la poésie, comme création transcendante à l’aide de l’instrument du langage, et les croyances, le surplus imaginaire qui est à la fois la sublimation et le traumatisme de notre condition humaine« . 44 € – parution en 2020.

Parution: Le Passé colonial belge dans la littérature, les arts et la culture de l’extrême contemporain. Direction de Sabrina Parent et Véronique Bragard.
Actualités , Parution , Publication , Revue / 10 juillet 2020

Dans son fascicule 3 qui vient de paraître, la RBPH, Revue Belge de Philologie et d’Histoire (dir. Michèle Galand, http://rbph-btfg.be/) est heureuse de présenter un dossier spécial intitulé Le Passé colonial belge dans la littérature, les arts et la culture de l’extrême contemporain (dir. Sabrina Parent, ULB et Véronique Bragard, UCLouvain).  Face à l’ignorance, par une grande partie de la population belge, de son propre passé colonial et face au déni que semblent éprouver les politicien·ne·s à l’égard de ce même passé, les contributeurs de ce dossier (Maurice Amuri, Katie Tidmarsh, Ninon Chavoz, Magali Nachtergael, Maarten Langhendries) mettent en avant les productions de quelques écrivain·e·s (Fiston Mwanza Mujila, Jean Bofane, David Van Reybrouck) et artistes (Chéri Samba, Vincent Meessen et Thu Van Tran) de l’extrême contemporain qui osent appréhender le fait colonial, le transformer en matière à travailler et substance à réfléchir. Ce faisant, elles et ils contribuent à faire du passé une source active d’enseignements éthiques. Pour toute information supplémentaire sur le dossier, contacter : Sabrina.Parent@ulb.ac.be Les demandes d’abonnements et commandes diverses doivent être adressées à l’adresse suivante: rbph@belgacom.net