Colloque « Voicing absences/Presences in a Damaged World »

Organisé par Marc Maufort et Jessica MaufortLe 3 décembre 2021 By many accounts, we are now living on a “damaged planet” (Tsing et al), and by the same token we are damaged as well. This “we” encompasses all earthly life forms, from animals and plants, the soil and natural elements, human beings, to various organisms invisible to the human eye. Environmental degradation and toxification, species depletion, dwindling biodiversity, threatened cultural knowledges and languages, and even recent pandemics are but a few examples of the injuries and losses sustained by earthlings. As a result, our damaged world is saturated with uncanny “absences/presences,” or “ghosts,” i.e. “the vestiges and signs of past ways of life still charged in the present” (Gan et al G1).   In this annual conference of the Belgian Association of Anglicists in Higher Education, contributors approach various instances of absences/presences from the disciplines of literary/cultural studies, linguistics, and/or translation studies. They reflect on the possible means of voicing, narrating, and representing them in a wide sense, since, to paraphrase Donna Haraway, we have to live with the damage and the absences/presences it creates. These strategies ultimately aim at affirming endurance against the forces of extinction, as well as…

Colloque international: « Que reste-t-il aujourd’hui de l’ironie voltairienne? »

Valérie André – Les 8 et 9 novembre 2021 – Palais des Académies Le 7 janvier 2015, la France et, avec elle, tous les hommes libres se réveillaient groggy après le terrible attentat qui venait de coûter la vie aux journalistes et caricaturistes de Charlie hebdo. Le monde était brutalement confronté à cette redoutable réalité : le respect des  droits de l’homme et de la vie, le droit à la parole et à la contestation, le recours à la satire et au rire comme arme contre la barbarie étaient dangereusement menacés, bafoués, en ce début de XXIe siècle, dans un pays pourtant laïque et démocratique. Le slogan « Je suis Charlie » envahit les rues, les réseaux sociaux, l’opinion se mobilise. En quelques jours à peine, les librairies sont prises d’assaut : le Traité sur la tolérance de Voltaire devient un symbole, un brûlot d’alerte, une revendication citoyenne. Les mânes de Voltaire quittent le Panthéon où le patriarche repose depuis 1791 pour retrouver l’espace public, le cri du sang innocent retentit dans les rues de la capitale. Le pourfendeur de l’Infâme est appelé à la rescousse, son « rire terrible, auquel s’écroulent les bastilles des tyrans, les temples des Pharisiens…

Séminaire : 4èmes Journées scientifiques d’études roumaines à Bruxelles – JERB4 (ULB, LTC, LL, Philixte, ICR, Ambassade de Roumanie auprès du Royaume de Belgique, ILR).

Science et discours Relations logico-sémantiques et connecteurs EN LIGNE VIA TEAMS Université libre Bruxelles – ULB, le29/04 et le 06/05 2021 Bénéficiant de l’apport des chercheurs notables du domaine, provenant de plusieurs université de trois pays (la Belgique, la Suisse et la Roumanie), le séminaire de recherche en linguistique textuelle et analyse du discours se recommande comme une contribution d’excellence sur l’étude des connecteurs, en général, et, sur leur fonctionnement dans le discours des sciences, en particulier. À côté des chercheurs consacrés, on retrouve les étudiants du séminaire FRAN-B-310 de l’ULB, en tant que chercheurs débutants, un défi sans précédent. (pour plus de détails v. le programme ci-joint). Des professeurs et des chercheurs des universités de prestiges de Roumanie et de l’Académie roumaine sont les invités des activités satellite dont la thématique riche et variée permet un itinéraire spirituel au sein de l’histoire, la littérature, la traduction, la tradition et la modernité didactique roumaines (v. les affiches et les informations concernant chaque satellite).    Nos conférenciers : Cosmin BUDEANCA – Alexandra CRACIUN – Ariadna STEFANESCU – Alexandra VRANCEANU – Rodica ZAFIU [Université de Bucarest] – Andreea OPRIS [Institut d’Histoire « Nicolae Iorga », Académie Roumaine] – Emilia IVANCU – Roxana MARINESCU…

Colloque international : Utopia and Migration: Renewing the Imagination of Borders in the 21st c.

La Conférence internationale et multidisciplinaire «Utopie et migrations» vise à contribuer à l’analyse de l’imaginaire des frontières dans le contexte des migrations internationales au XXIe siècle. Elle soulèvera la question plus spécifique de la manière dont la littérature contemporaine aborde les enjeux actuels liés aux frontières du point de vue de l’utopie. Quels sont ces autres moyens que l’utopie trace pour dénoncer et dépasser les stratégies discursives, médiatiques et étatiques visant à rendre invisibles, gâter ou stigmatiser les migrants, et ainsi renforcer les frontières? Quelles alternatives aux expériences frontalières actuelles peuvent être explorées à travers la fiction? Sous quelles formes prennent-ils place dans le texte littéraire? Quelles frontières sont visées, celles du continent de rêve ou celle de gauche? Comment ces pratiques imaginatives éclairent-elles ou remettent-elles en question le rapport des sociétés contemporaines à la mobilité humaine, à l’hospitalité? La Conférence invite le champ scientifique littéraire à une discussion avec les sciences sociales afin d’aborder adéquatement une question dont l’étude peut contribuer à repenser les définitions de l’utopie, et en particulier l’utopie en tant que genre littéraire, et à enrichir les études sur les migrations. Dates : du 19 au 23 avril 2021 Programme : Cliquez ici Page Web de…

Colloque : « Comics On the Outside / Bandes dessinées hors-champs ». ACME+Comics 3-4 juin 2021.

Dans sa thèse de doctorat La Bande dessinée et son double, Jean-Christophe Menu avance l’idée de « corpus hors-champ de la bande dessinée » pour décrire « tout un corpus d’œuvres relevant […] indéniablement de son domaine mais qu’elle [la bande dessinée] n’intègre pas dans son Histoire, et donc qu’elle ne reconnaît pas comme partie intégrante de son champ » (2011, 432). Ce colloque a pour ambition de se saisir de cette notion de « corpus horschamp ». Celle-ci est apte à catalyser divers intérêts de recherche et à faire émerger de nouveaux objets d’études jusqu’alors tenus en marge des discours sur la bande dessinée. À la suite des pistes ouvertes par Jean-Christophe Menu, on peut s’interroger sur des œuvres non-publiées, produites dans une sphère de l’intime et du privé ou transmises par des circulations souterraines. Les « sympathies réciproques » entre art brut et bande dessinée (Dejasse 2020) forment un point d’ancrage pour cette réflexion. Ces « sympathies » font saillir des contextes de production et des profils de créateurs et créatrices en marge des constructions socio-professionnelles habituelles. Elles décrivent aussi des rapports d’affinités avec des productions graphiques qui exhibe le « dessin sans filet », hors des apprentissages,…

Colloque : La justice distributive : Panaït Istrati et le mythe du brigand d’honneur.

En narrant des gestes de Haïdouks, Panait Istrati donne en langue roumaine une version originale du mythe du « bandit au grand cœur » ou « brigand d’honneur » que l’on retrouve dans de nombreuses régions d’Europe. Ces récits revêtent une importance capitale pour la compréhension des aspirations populaires à une meilleure justice sociale. En interrogeant tantôt brutalement, tantôt ironiquement, le caractère injuste de la redistribution des richesses, le « brigandisme social » s’inscrit certes dans une forme littéraire romantique, notamment en reconstruisant l’oralité, mais il témoigne aussi d’une autre revendication, plus philosophique quant à elle : la liberté. Nous insisterons particulièrement sur la mobilisation du religieux au sein de ces récits. En effet, selon les époques et lieux, la dimension religieuse apparaît au fil des récits comme une justification ambivalente : l’homme de religion allié des possédants peut être l’objet d’un « vol » légitime ou, à l’opposé, celui qui donne son aval à une telle façon de procéder face à un pouvoir injuste. Cette dimension des récits sera questionnée dans son rapport à l’éveil du sentiment national et à la revendication de la citoyenneté. INFORMATIONS : EN LIGNE VIA TEAMS, les 10-11décembre 2020 Pour obtenir plus d’informations, veuillez…

Appel à communication : colloque international « Les écritures du journalisme sportif »

Pourquoi le sport? Un projet d’étude de la presse au XXème siècle ne pouvait pas faire l’économie du sport. II y a à cela deux raisons principales ; l’ une historique, la seconde scientifique. Sur le plan historique, la place que le sport occupe dans l’économie médiatique contemporaine est évidemment majeure. Elle concerne des périodiques ou des médias spécialises , mais également les médias généralistes. Le sport, avec ses vedettes, ses résultats, ses exploits, ses  séquences  périodiques (coupes  du  monde ou Jeux olympiques) fait pleinement partie de ce que l’on appelle l’information. II est désormais un phénomène social, un enjeu international, une réalité économique et publicitaire, éducative, un facteur de sante publique. Dans l’ histoire de longue durée de la circulation de !’information, jamais le sport n’a occupe une telle place. II n’est pas faux de dire que le XXème siècle a inventé les médias sportifs. Sur le plan scientifique, les historiens du sport et ceux de la presse ont opéré une tardive conjonction. Le discours sur la presse sportive a d’abord été celui des  acteurs eux-mêmes, au fur et à mesure que se développait la conscience de former une sous-profession spécifique, souvent d’ailleurs liée à une double pratique, celle des…