Conférence de Mélanie de Montpellier d’Annevoie – « Les Bibliothèques de compositeurs : archives à (re)découvrir, objets à définir »

Le 23 mars 2021, Mélanie de Montpellier d’Annevoie, doctorante en langues et lettres à l’ULB, présentera l’état de ses recherches sur les bibliothèques littéraires de compositeurs, réalisées dans le cadre de sa thèse de doctorat dirigée par Valérie Dufour (FNRS-ULB, LaM) et Laurence Brogniez (ULB, Philixte). Alors que les bibliothèques d’écrivains et d’artistes-plasticiens ont déjà fait l’objet de publications théoriques et méthodologiques d’envergure (cf. notamment : D’Iorio et Ferrer, 2001 ; Levaillant, Gamboni et Bouiller, 2010 ; Belin, Mayaux et Verdure-Mary, 2018) soutenues par nombre d’études monographiques, les bibliothèques de compositeurs ne peuvent encore se prévaloir d’une telle attention. La présente intervention entreprendra de dresser un état de l’art des recherches relatives à cet objet particulier, en se concentrant avant tout sur le champ français et le statut de ce type d’archives dans les fonds musicaux. Il s’agira également d’aborder la question définitionnelle de l’entité « bibliothèque (littéraire) du compositeur » et d’interroger les usages scientifiques que la recherche peut appliquer aux bibliothèques de compositeurs, au-delà des rapports entre textes et musique dans les œuvres, perspective jusqu’à présent privilégiée par les études musico-littéraires. Informations pratiques : Quand : 23 mars 2021, 14h-15h30 Où : en ligne (Teams) Inscription obligatoire à l’adresse suivante : lam@ulb.ac.be, pour obtenir les accès à…

Parution : La cultura e la letteratura italiana dell’esilio nell’Ottocento : nuove indagini. De Sabina Gola et Dirk Vanden Berghe.

Questo volume si concentra sul tema dell’esilio risorgimentale nel tentativo di fare il punto alla luce di nuovi studi che, allontanandosi da una visione stereotipata del fenomeno, mettono in evidenza l’esistenza di veri e propri progetti culturali e politici comuni a tanti intellettuali esiliati. I saggi raccolti sviluppano l’argomento da vari punti di vista – letterario, scientifico, editoriale, didattico – senza trascurare le modalità dell’esilio, i rapporti con le comunità di arrivo e di provenienza, le loro reti in Europa che hanno dato vita alla nascita di ‘nazioni’ fuori dai confini patri. Coloro sui quali si concentrano gli studi dei contributori hanno trovato ospitalità in Inghilterra, Belgio, Francia, Corsica, Turchia; o in Italia, come i letterati ionici. Il volume si divide in tre sezioni, Uno sguardo panoramico, Vita e attività oltreconfine, Studiare l’esilio da esule, nelle quali accanto alle personalità oggi più note – Foscolo, Berchet, Santa Rosa, Tommaseo, Cristina di Belgiojoso – trovano ampio spazio figure come Benci, Mustoxidi, Ruffini e illustri scienziati italiani quali Orioli e Libri. Un contributo è dedicato a Mario Battistini, erudito pioniere dei primi studi sull’esilio degli italiani in Belgio durante il Risorgimento. A questo paese, luogo di permanenza di molti esuli nel primo…