Colloque : La justice distributive : Panaït Istrati et le mythe du brigand d’honneur.

En narrant des gestes de Haïdouks, Panait Istrati donne en langue roumaine une version originale du mythe du « bandit au grand cœur » ou « brigand d’honneur » que l’on retrouve dans de nombreuses régions d’Europe. Ces récits revêtent une importance capitale pour la compréhension des aspirations populaires à une meilleure justice sociale. En interrogeant tantôt brutalement, tantôt ironiquement, le caractère injuste de la redistribution des richesses, le « brigandisme social » s’inscrit certes dans une forme littéraire romantique, notamment en reconstruisant l’oralité, mais il témoigne aussi d’une autre revendication, plus philosophique quant à elle : la liberté. Nous insisterons particulièrement sur la mobilisation du religieux au sein de ces récits. En effet, selon les époques et lieux, la dimension religieuse apparaît au fil des récits comme une justification ambivalente : l’homme de religion allié des possédants peut être l’objet d’un « vol » légitime ou, à l’opposé, celui qui donne son aval à une telle façon de procéder face à un pouvoir injuste. Cette dimension des récits sera questionnée dans son rapport à l’éveil du sentiment national et à la revendication de la citoyenneté. INFORMATIONS : EN LIGNE VIA TEAMS, les 10-11décembre 2020 Pour obtenir plus d’informations, veuillez…

Soirée en ligne : Jan Patočka: « Art is an Absolute Play »

A l’occasion de la sortie du numéro spécial de Bohemica Literaria dédié à Jan Patočka, le philosophe tchèque le plus important du 20e siècle, et sa réflexion de l’art et littérature, nous avons alors un grand plaisir de vous inviter à la soirée en ligne « Jan Patočka : Art is an Absolute Play ». Bien que son œuvre philosophique soit au centre de l’intérêt critique dans les dernières années, ses nombreuses textes dédiés à la réflexion de l’art et de la littérature reçoivent moins d’attention systématique. Le présent volume propose l’une des premières réflexions critiques en anglais de cette importante partie de l’oeuvre de Patočka. Les contributeurs de ce volume sont les spécialistes de la littérature tchèque, les philosophes et les esthéticiens qui enseignent dans les universités tchèques, telles que l’Université Charles de Prague ou l’Université Masaryk de Brno et dans les universités étrangères, telles que Harvard ou Oxford. La soirée s’ouvrira par une conférence du philosophe et journaliste tchèque Petr Fischer sur Jan Patočka et sa conception de l’art. Ensuite, nos étudiants présenteront la vidéo résultant de l’atelier « Jan Patočka : Autonomy of Human Being ».A la fin de la soirée, Mme James et ses collègues procéderont à la présentation du numéro spécial de la revue Bohemica Litteraria, cette…