Parution: Między Sanokiem a Brukselą – wspomnienia o Marianie Pankowskim w setną rocznicę urodzin / Entre Sanok et Bruxelles – souvenirs sur Marian Pankowski au centenaire de sa naissance. Rédaction et traduction de Tomasz Chomiszczak et Dorota Walczak-Delanois

Le livre, publié sous le patronage honoraire de Madame Danielle Pankowski-Martinet et avec le soutien financier de Philixte – centre de recherche à l’Université Libre de Bruxelles, de l’Institut Polonais à Bruxelles et la Mairie de Sanok, contient les textes de professeurs, gens de théâtre et de la culture, traducteurs, critiques littéraires, amis et famille de Marian Pankowski. Ce sont : Tomasz Chomiszczak, Bolesław Faron, Krystyna Latawiec, la famille Pankowski, Krystyna Ruta-Rutkowska, Janusz Szuber, Paul Beers, Guy Camberleng, Jacqueline Clément, Jacques De Decker, Anna François-Kos, Alain Van Crugten, Dorota Walczak-Delanois. Tous les textes ont été publiés en français et en polonais ; ils sont dotés de notices explicatives et de notices biographiques des auteurs. Le livre présente la personne et l’œuvre de Marian Pankowski, né à Sanok en 1919 et décédé à Bruxelles en 2011 – lui-même professeur de l’Université Libre de Bruxelles. Poète et prosateur, auteur de pièces de théâtre mais aussi critique littéraire ainsi que traducteur de nombreux auteurs polonais et belges, il a su trouver son propre style d’expression littéraire aussi bien en polonais qu’en français. Prisonnier de quatre camps de concentration, émigré à Bruxelles mais ne se considérant pas comme tel, il reste un chroniqueur de…

Parution: Perspectivas sobre el futuro de la narrativa hispánica: ensayos y testimonios. De Robin Lefere, Fernando Díaz Ruiz y Lidia Morales Benito (eds.).
Actualités , Littérature , Parution / 9 juin 2020

¿Cuáles han sido y son las orientaciones más significativas de la literatura hispánica contemporánea? ¿Cuáles serían las más «cargadas de futuro»? En ellas, ¿cuál sería la parte de los valores perennes y la de nuevos valores? Reflexionar sobre estas preguntas, que remiten, por una parte, a la cuestión general de la contemporaneidad y, por otra, a la dialéctica problemática entre presente, pasado y futuro, es el objeto de este volumen, donde se propone una visión fundamentada, y apoyada en la consideración de 126 escritores, del presente y del futuro de la narrativa en lengua española. Los quince ensayos de hispanistas pertenecientes a diversas universidades europeas aquí recogidos ambicionan poner de relieve tanto las continuidades como las rupturas y las “emergencias”; siendo todas ellas ponderadas e interpretadas con un enfoque diacrónico y comparatista que relativice las supuestas novedades. Por otra parte, se abordan y problematizan los numerosos cambios contextuales que se vienen produciendo, en especial, la competencia renovada de la literatura con la cultura de la imagen (piénsese en la ciberliteratura y en la blogosfera). Todo ello se completa con un broche de oro: los testimonios de veinte autores de las dos orillas con sus opiniones sobre el futuro de la…

Journée d’étude: Écrire une ville, habiter une ville : représentations spatiales des persécutions en Europe occupée (1940-1944)

Journée d’études PHILIXTE Université libre de Bruxelles En collaboration avec Vrije Universiteit Brussel 5 juin 2020 Format visioconférence Programme À l’occasion de la présente journée d’études, nous nous proposons de réfléchir à la manière dont l’imaginaire urbain renvoie à des territorialités qui sont simultanément habitées par les écrivains et artistes, l’Occupant, les autochtones et ceux qui sont désormais considérés dans leur condition d’exclus, d’étrangers ou de « clandestins », pour emprunter ce terme à Jan Cox (cf. son tableau Les clandestins du quai Van Dyck, 1942). Comment se déploie cet imaginaire urbain à travers les représentations littéraires, picturales, musicales, filmiques qui portent sur la destruction lente qui gagne l’Occident dans les années 40, cette « fin, une fin incompréhensible, la fin d’une ville, d’un temps, d’une pensée » (Paul Nougé, « La guerre ») ? Comment s’est agencé cet espace imaginaire qui renvoie – explicitement ou implicitement – à l’espace qu’il dédouble – l’espace référentiel, organisé selon la nouvelle législation imposée ? Il s’agit d’un espace qui conditionne l’admission : les enfants israélites n’ont « plus le droit de s’asseoir sur les bancs de nos écoles » (comme le dénonce l’Enseignement en 1941), d’autres interdictions concernent la fréquentation des parcs…

Séminaire « Les collages littéraires »

Le mardi 7 mai 2019 à la Maison des Arts de l’ULB (avenue Jeanne, 56 – 1050 Bruxelles) de 19h00 à 20h30 suivi d’un verre de l’amitié Invitée: Rencontre avec MONIKA DROŻYŃSKA  artiste et performatrice En polonais et en français par Dorota Walczak et Cécile Bocianowski contact: dwalczak@ulb.ac.be MONIKA DROŻYŃSKA : Born in 1979, artist and activist living in Kraków, Poland, graduate from Academy of Fine Art in Cracow. She deals with hand embroidery and fabric that she often links with social events and installations in public space. She collaborated with: CCA Ujazdowski Castle, National Art Gallery « Zachęta » and Warsaw Grand Theatre National Opera, the Arsenal Gallery in Bialystok, Wroclaw Contemporary Museum, and Contemporary Arts Centre « Łaźnia Nowa » in Gdańsk, and abroad with Museum Quartier in Vienna, European Culture Association in Istanbul, Országos Színháztörténeti Múzeum és Intézet – Museum of Modern Art in Budapest, Bozar in Brussels. She is the finalist of the following prestigious competitions: « Kulturalne odloty » (Cultural Take-offs) organized by the largest daily in Poland « Gazeta Wyborcza » and « Kulturysta » (Culture Vulture) competition of the Polish Radio. A fellow of the Ministry of Culture as well as of the Visegrad Artist Residency Program. Her works feature in the Gallery…

Séminaire : Littérature mineure/Minorités Réflexions sur un concept – limites et potentiel

Le vendredi 26 avril 2019 de 14h à 18h au local AZ4.103 du Campus du Solbosch (avenue. F.D. Roosevelt, 50 – 1050 Bruxelles) Coordination : Jossfinn Bohn & Kerstin Terler Sous la responsabilité académique de Helga Mitterbauer Entrée libre Présentations Jeanne E. Glesener (Université du Luxembourg) : La littérature mineure et les littératures des minorités dans le débat actuel Lesley Penné (VUB) : ‘Emotional Topographies‘ in European German-Language Minor Literatures: Exploring Transcultural Crossings of Spaces, Memories and Emotions Jossfinn Bohn (ULB) : Nulle part chez soi : L’œuvre de Rachida Lamrabet dans le contexte de la littérature des minorités Kerstin Terler (ULB/Université Toulouse Jean Jaurès) : L’Autriche, Maja Haderlap et son « Engel des Vergessens » / « L’Ange de l’oubli » : un exemple pour une littérature des minorités ? Joan Mwangovya (ULB) : The Portrayal of African Migrants in German Literature Création du collage de l’affiche : Charlotte Bohn

Autopsie de l’échec littéraire

Huitièmes journées d’études du groupe COnTEXTES Le 16 et 17 mai 2019 à la Maison des Arts de l’ULB – avenue Jeanne, 56 à 1050 Bruxelles Renseignements: cbertiau@ulb.ac.be et cdehalle@ulb.ac.be En tant qu’elle participe de la consécration des auteurs et entretient des rapports intéressés avec la question de la valeur, l’histoire de la littérature a tendance à accorder beaucoup plus d’attention aux succès qu’aux échecs. Tout se passe comme si la distance temporelle qui sépare le chercheur de son objet avait figé la valeur des œuvres, constitué un panthéon immuable tout prêt à être « reconnu » et aux marges duquel il n’y aurait que des œuvres « mineures », en cela moins dignes d’être étudiées. La réussite, cependant, n’est que la pointe de l’iceberg littéraire. En se focalisant sur les « grands » écrivains, sur les « modernes », sur les « originaux », ne risque-t-on pas de donner une image sinon faussée, du moins (trop) partielle, de la littérature d’une époque ? Sous le titre « Autopsie de l’échec littéraire », les huitièmes journées d’études du groupe COnTEXTES cherchent à mettre au jour les logiques de l’exclusion symbolique dans le champ littéraire. On s’intéressera aussi bien aux raisons de l’échec littéraire qu’aux luttes des agents pour l’échec d’autrui, aux réactions des…

Journée d’études Textyles et « Écrits d’artistes »

Penser la bibliothèqueLes bibliothèques d’écrivains et d’artistes belges (XIXe-XXIe siècles) Vendredi 17 mai 2019 – ULB, Square Jean Servais – 1050 Ixelles (local AY2.114) Avec la participation de l’écrivain Caroline Lamarche et la collaboration de la Réserve Précieuse de l’ULB (visite prévue) Inscriptions avant le 29 avril 2019Renseignements et entrée libre sur inscription: medemont@ulb.ac.be

Conférence : Literary catalyst : the case of Mohamed Choukri
Actualités , Littérature , narratologie / 28 février 2019

Le lundi 11 mars 2019 à 18h00 au local UA4.2018, le Professeur Jonas Elbousty (Yale University) nous entretiendra de l’oeuvre de Mohamed Choukri. In February 2011, civil unrest broke out in cities and villages across Morocco, echoing Choukri’s revolutionary and subversive narratives. Massive crowds gathered in Rabat, incited by social media coverage and similar protests in other Arab countries in the region, shouting “down with autocracy” and “the people want to change the constitution,” and they headed toward parliament to demand that the king give up some of his power. Similar protests broke out across Morocco echoing demands for better healthcare and education, economic reform, and increased wages. The banners carried, and slogans chanted, unequivocally echoed the rhetoric prevalent throughout Choukri’s writings, which also highlight the effects of inequality and oppression on the Moroccan citizenry. In his seminal work, For Bread Alone, Choukri lucidly and eloquently recounts the hardships that he underwent through the first decades of his life. Malnutrition, abject poverty, violence, and corruption are endemic symptoms that stirred civil protests, asking for social justice and a decent living. In his narratives, he tirelessly called for radical change, displaying a commitment and genuine care for the welfare of his…

Appel à communication : colloque international « Les écritures du journalisme sportif »

Pourquoi le sport? Un projet d’étude de la presse au XXème siècle ne pouvait pas faire l’économie du sport. II y a à cela deux raisons principales ; l’ une historique, la seconde scientifique. Sur le plan historique, la place que le sport occupe dans l’économie médiatique contemporaine est évidemment majeure. Elle concerne des périodiques ou des médias spécialises , mais également les médias généralistes. Le sport, avec ses vedettes, ses résultats, ses exploits, ses  séquences  périodiques (coupes  du  monde ou Jeux olympiques) fait pleinement partie de ce que l’on appelle l’information. II est désormais un phénomène social, un enjeu international, une réalité économique et publicitaire, éducative, un facteur de sante publique. Dans l’ histoire de longue durée de la circulation de !’information, jamais le sport n’a occupe une telle place. II n’est pas faux de dire que le XXème siècle a inventé les médias sportifs. Sur le plan scientifique, les historiens du sport et ceux de la presse ont opéré une tardive conjonction. Le discours sur la presse sportive a d’abord été celui des  acteurs eux-mêmes, au fur et à mesure que se développait la conscience de former une sous-profession spécifique, souvent d’ailleurs liée à une double pratique, celle des…