Bruxelliana. Digithèque de l’ULB.

9 septembre 2019

Promoteurs du projet : Paul Aron, Laurence Brogniez

Contrairement à Paris, ville littéraire par excellence, Bruxelles n’a pas la réputation d’être une « ville littéraire ».
Jusqu’à présent, la littérature belge a rarement été prise pour objet par des analyses historico-géographiques. Pour une part, cette situation s’explique par ce que l’on a appelé sa propension à la « déshistoire » et au « non-lieu ». De très nombreux auteurs ont en effet situé leurs récits dans un cadre géographique exotique, volontairement allusif ou délocalisé, espérant ainsi éviter d’être perçus comme régionaux ou locaux. Rappelons l’exemple de Charles Plisnier qui situe Mariages dans le nord de la France, alors qu’il fait référence à Mons, sa ville natale. Mais cette tendance est elle-même le résultat d’une construction idéologique. Au XIXe siècle, nombre d’auteurs ont écrit sur leur « ici et maintenant ». De même, des écrivains aussi importants qu’André Baillon (Histoire d’une Marie) ou Odilon-Jean Périer (Le Citadin) n’ont pas occulté l’ancrage local de leurs textes. Le grand retour à la « belgitude » dont Pierre Mertens, Jean Muno ou Jean Louvet ont été les artisans dans les années 1960-1980 les a conduits à prendre la mesure d’un paysage sensible proche d’eux. De nos jours, nombre de textes sont publiés, qui prennent Bruxelles comme décor ou même comme sujet principal. C’est à la (re)découverte de ce patrimoine référentiel que le présent projet entend participer, en rendant accessibles un nombre important de textes littéraires du XIXe siècle à aujourd’hui, offrant aux chercheurs de diverses disciplines (littérature, histoire, géographie, sociologie, etc.) des sources souvent inédites, mais aussi aux curieux et amateurs d’histoire bruxelloise un matériau souvent peu exploité.

La découverte et l’exploitation de cet ancrage local du littéraire a fait l’objet de plusieurs travaux scientifiques et a donné lieu à des publications internationales. A l’ULB, une ARC intitulée : Culture, Mobilité, Territoire (http://micmarc.ulb.ac.be, 2012-2017), coordonnée par Laurence Brogniez, Judith Le Maire, Christophe Loir, Jean-Michel Decroly, Valérie Dufour et Jean-Louis Genard a permis à des chercheurs de différentes disciplines (histoire, géographie, architecture, littérature, musicologie, histoire de l’art, sociologie) de développer des recherches réellement transdisciplinaires en initiant notamment, de façon novatrice, des études urbaines croisant les approches littéraires, géographique et historique.

A l’heure actuelle, malgré différentes publications partielles, il n’existe encore aucun média de diffusion permettant de consulter le corpus primaire des ouvrages sur Bruxelles.

Grâce à un budget octroyé par PHILIXTE, Paul Aron et Laurence Brogniez ont développé « Bruxelliana » comme un outil destiné à encourager la recherche sur Bruxelles : la sélection des ouvrages proposés procède d’un minutieux travail de recensement et de réflexion sur le corpus littéraire disponible afin d’offrir aux chercheurs et au public un panorama à la fois vaste et pertinent sur le sujet. Le projet « Bruxelliana » a permis, depuis 2018, la mise en ligne d’une cinquantaine d’ouvrages : http://digitheque.ulb.ac.be/fr/digitheque-bruxelliana/index.html

Pas de commentaire

Les commentaires sont fermés.