Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Séminaire Littérature mineure/Minorités – Réflexions sur un concept – limites et potentiel

avril 26

Description

Partant de l’ouvrage de Deleuze et Guattari, Kafka : pour une littérature mineure (1975), devenue un grand sujet de discussion internationale, le séminaire Philixte abordera les diverses perspectives qu’ouvre le concept de « littérature mineure ». Le terme « mineur » ouvre en soi un vaste champ de possibilités d’interprétations autant au sens terminologique qu’au sens du contenu, ce qui peut être conçu par la littérature spécialisée comme un manque à combler ou un potentiel à questionner. À la recherche d’une définition, le défi qui se pose ne concerne pas seulement le plan sémantique mais aussi les possibilités de traduction. Tout comme Kafka parlait de « kleine Literaturen » dans les fragments de son journal intime (1911) – sans nous en donner une explication complète et longuement mûrie –, la traduction française de Marthe Robert vers « littérature mineure » ouvrît la boîte de Pandore sur de multiples voies d’interprétation. Liées aux différentes approches, se présentent des possibilités d’insertion correspondantes qui montrent qu’il ne s’agit ni d’une catégorie fermée ni d’une catégorie « fermable ». L’exemple de Kafka, en tant que juif germanophone immergé dans un environnement majoritairement tchèque, révèle déjà toute la complexité de la définition d’une littérature mineure. D’une part, l’œuvre kafkaïenne se compte parmi les grands classiques de la littérature mondiale ; elle appartient par conséquent au canon littéraire. De l’autre, il ne faudrait pas négliger le fait que Kafka est perçu comme représentant d’une littérature mineure et ainsi catégorisé comme l’écrivain d’une littérature des minorités. Une autre preuve du caractère multidimensionnel des littératures mineures et des littératures des minorités est l’imbrication entre les aspects socioculturels et littéraires. Cette dernière peut mener aux questions suivantes : L’étude doit-elle prendre en compte l’influence qu’exerce (in)directement l’environnement linguistique et culturel ? Ou devrions-nous avoir affaire à une analyse purement esthétique, selon des standards (inter)nationaux, telle qu’exigée par une partie de la littérature spécialisée ? Celles-ci ne sont que quelques exemples de pistes à explorer parmi les nombreuses approches interprétatives que les littératures mineures et les littératures des minorités permettent. Ce séminaire se comprend donc comme la plateforme de discussions qui tournent autour de la malléabilité des « kleine Literaturen » et de leur potentiel en termes d’interprétations et d’exemples.

Présentations

  • Jeanne E. Glesener (Université du Luxembourg) : La littérature mineure et les littératures des minorités dans le débat actuel
  • Jossfinn Bohn (ULB) : Nulle part chez soi : L’œuvre de Rachida Lamrabet dans le contexte de la littérature des minorités
  • Kerstin Terler (ULB/Université Toulouse Jean Jaurès) : L’Autriche, Maja Haderlap et son « Engel des Vergessens » / « L’Ange de l’oubli » : un exemple pour une littérature des minorités ?
  • Jozef Tancer (Université de Bratislava): To whom belongs the city? The image of Interwar-Bratislava in the literature of its national minorities
  • Joan Mwangovya (ULB): The Portrayal of African Migrants in German Literature

Détails

Date :
avril 26
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
, , , , , , , , , , ,

Organisateurs

Helga Mitterbauer
Jossfinn Bohn
Kerstin Terler