1918-2018 – Roumanie 100 ans de Grande Union : cycle des conférences/séminaires doctoraux octobre 2018 à avril 2019

1918-2018 – Roumanie 100 ans de Grande Union – Cours-Conférences – Séminaires doctoraux Année académique 2018-2019 ULB – Campus du Solbosch Maison des Arts de l’ULB av. Jeanne 56 – 1050 Bruxelles Entrée libre Programme Octobre 2018 Mercredi 24/10/2018 18h00 : Les écrivains roumains, le communisme et la francophonie: considérations sur les limites de la littérature transnationale par Alexandra VRANCEANU [Université de Bucarest] 18h30 : Queen Marie – Mama Regina: Mother of the Nation par Roxana MARINESCU [Académie d’Études Économiques de Bucarest] 19h00 : Miscarea poetica feminina in Romania de azi par Oana URSACHE [Université de Grenade/ Université «Stefan cel Mare» de Suceava] 19h30 : Poezia ca forma de pelerinaj par Emilia INVANCU [Université «Adam Mickiewicz» de Poznan/Université «1 Decembrie 1918» de Alba Iulia] Jeudi 25, Vendredi 26 & Samedi 27/10/2018 Académie royale de Belgique Maison des Arts de l’ULB Colloque international «Royauté(s) entre historicité et imaginaire» 1ères Journées scientifiques d’études roumaines à Bruxelles Novembre/Décembre 2018 Lundi 12/11/2018  10h00 : Quantitative and qualitative aspects of derivational families in contemporary Romanian par Carmen MIRZEA VASILE [Université de Bucarest/Académie Roumaine/ Institut de Linguistique «Iorgu Iordan – Alexandru Rosetti»] Vendredi 7/12/2018  12h00 : IA – La blouse roumaine par Ana-Maria TEODORESCU [Université de Bucarest] Avril 2019 Mardi 30/04/2019  10h00 : Romanian Discourse Markers in face-to-face interactions par Gabriela BIRIS [Université de Bucarest] Informations Cristina-Alice TOMA, Lectrice de langue roumaine : cristina-alice.toma@ulb.ac.be @ULB_LTC facebook/ulbltc #Roumanie100

Publication 2018 : Craig Baker, Marcello Barbato, Mattia Cavagna et Yan Greub : L’ombre de Joseph Bédier

éd. par Craig BAKER, Marcello BARBATO, Mattia CAVAGNA et Yan GREUB L’Ombre de Joseph Bédier. Théorie et pratique éditoriales au XXe siècle Le spectre de Joseph Bédier hante l’Europe des philologues. Quelle est l’édition conservatrice qui n’a pas été taxée de bédiérisme ? À son tour, quel est l’éditeur conservateur qui n’a pas accusé autrui d’être plus bédiériste que lui, ou, à l’inverse, utilisé contre l’interventionnisme des arguments qu’il attribuait à Bédier ? De toute évidence, le bédiérisme continue à être reconnu, encore aujourd’hui, comme une puissance agissante, ou au moins comme une position par rapport à laquelle se situer lorsqu’on édite un texte médiéval ou discute son édition. Le présent ouvrage tente de mieux cerner ce qu’a été la révolution bédiériste et en quoi consistent les courants ou les attitudes qui ont pu être (ou sont encore) nommés ‘bédiéristes’. Au passage, il cherche à éliminer certaines fausses questions. Son dessein n’est pas de discuter de la meilleure méthode d’édition, mais de chercher derrière la légende du bédiérisme la réalité de la pratique de Bédier, de sa théorie, de la théorie qu’il a combattue et des pratiques qui se sont développées dans son sillage. Avec des contributions de: R. Antonelli, Cr. Baker,…

Publication 2019 – Coups de griffe, prises de bec

Coups de griffe, prises de bec propose de replonger au coeur du système médiatique des années trente pour étudier la satire, ce rire qui blesse et parfois tue. Abordant un vaste panorama de journaux francophones, dont le toujours vivace Canard enchaîné, le livre retrace l’évolution de cette violence iconique et textuelle née dans un régime de censure, qui trouve de nouveaux usages aussi bien politiques qu’économiques en ces temps troubles de la démocratie. De qui et de quoi riait-on ? Quelles ont été les carrières de ces stars du rire ? Comment cette forme ancienne a évolué ? Enfin comment ces textes et dessins ont circulé dans le monde ? Autant de questions que les auteurs de ce livre se posent pour revenir sur certains stéréotypes associés aux années 1930 et réfléchir à notre contemporanéité. Coordonné par Amélie Chabrier et Marie-Astrid Charlier, Coups de griffe, prises de bec. La satire dans les années trente réunit une équipe internationale de chercheurs [Belgique, Canada, France – dans le cadre d’une collaboration entre les Universités de Montréal (Crilq), de Montpellier (RIRRA 21) et de Bruxelles (Philixte)] qui travaillent depuis plusieurs années sur la presse francophone de cette période. Ce collectif a déjà publié des…

Journée d’étude: Rhétorique et robotique

organisée par Emmanuelle Danblon (GRAL ULB) et Jean-Paul Laumond (LAAS CNRS Toulouse) le 19 mai 2017 au local AY2.114. Description:  Y a-t-il une rupture dans l’histoire des techniques avec l’invention de la cybernétique et de la robotique ? Une telle question revient à demander si l’homme est capable aujourd’hui de fabriquer une machine intelligente. Le roboticien aborde la question en précisant ce qu’il en est de la robotique. La robotique étudie la relation que peut entretenir, par le calcul, une machine avec le monde physique, machine à qui est assignée une action à réaliser. L’assignation (en terme technique, la commande) évoque la notion d’intention. Il reste qu’une machine est commandée de l’extérieur (elle exécute les ordres données par un opérateur et n’a pas d’intention propre). Peut-on, dans ces conditions, parler d’autonomie et si oui, sous quelles conditions ? Le rhétoricien va répondre à la question en demandant ce que l’on signifie (mean) lorsqu’on dit qu’un robot est intelligent. Est-ce métaphorique ou non ? D’autres figures que la métaphore seraient-elles plus adéquates pour désigner l’intelligence du robot ? Et s’il y a figure, dans quelle mesure est-ce assumé par les roboticiens, le grand public et les médias ? Le philosophe va…